?>

Coupe du monde #3 – Leogang

Après avoir ouvert ce week end de coupe du monde avec un 13ème place sur le XCC vendredi soir, j’ai pu m’assurer un départ en deuxième ligne pour le XCO du dimanche au terme d’une course de 20 minutes particulièrement difficile en raison du circuit proposé par l’organisation.


© Stéphan Da Silva

La journée de samedi a été primordiale dans la gestion de ce week-end, où la récupération était la ligne de conduite de toute la journée, entre entrainement, massage, étirements, cryothérapie, etc.

Pour le XCO de dimanche, nous nous attendions à une course assez courte malgré un circuit exigeant avec du dénivelé, car les temps au tour réalisés le matin par les coureurs de la catégorie espoir nous montraient que le vainqueur Elite l’emporterait en moins d’1h20 si l’UCI ne changeait pas le nombre de tours prévu initialement.

Finalement, l’UCI a maintenu une startloop et 6 tours, la course allait donc être courte, mais très intense car tous les coureurs savaient qu’on allait pouvoir maintenir un rythme très élevé avec 10 minutes de temps de course en moins par rapport à d’habitude, ce qui n’avantageait pas forcément les « diesel » et les « finisseurs ».

Après un départ correct, je boucle la startloop en 20ème position. Petit à petit, j’essai de me replacer dans mon groupe sans être trop généreux dans l’effort, car le rythme est élevé. A la fin du 3ème tour, la course a prit un tournant. Je pointe à la 11ème place, et on rentre sur le groupe pour la 7ème place. J’essaie de prolonger mon effort linéaire en étant vigilant au placement, et c’est dans le 5ème tour que les choses se décantent réellement. Je me concentre sur mon effort, car les écarts sont serrés derrière. Nous doublons le 6ème, avec en point de mire les 4ème et 5ème qui roulent ensemble. A l’entame du dernier tour, notre groupe de deux coureurs (avec Vlad Dascalu) revient sur le 5ème, et nous sommes désormais à la bagarre pour une place sur le podium. Je maintien un rythme élevé pour aller chercher le 4ème, que nous rattrapons à un demi-tour seulement de l’arrivée. Je passe immédiatement en tête du groupe, car je sais que si je maintiens cette position, je pourrais basculer en tête dans la dernière descente, et prendre un avantage sur mes concurrents pour l’arrivée. Je parviens à la faire, mais je crève de la roue arrière dès le début de cette ultime descente en voulant attaquer.


© Keno Derlyn

Mon placement en tête du groupe me permet de boucher les trajectoires à mes concurrents qui essaient de me doubler dès qu’ils en ont l’occasion. Dans le dernier virage avant la ligne d’arrivée, je prend le temps de temporiser et de me préparer pour le sprint. Après avoir fait les 75 derniers mètres à bloc, j’ai pu maintenir la 4ème position !


© Keno Derlyn

Je signe donc mon premier top 5 en coupe du monde, très heureux de cette performance qui récompense beaucoup d’investissement et d’engagement depuis de nombreuses années. C’est aussi le fruit d’un travail d’équipe, avec le soutien de mon team qui ne cesse de progresser pour nous mettre dans les meilleures dispositions chaque week-end!


© Keno Derlyn
Thomas GRIOT